Le train

Le train est un mode de transport qui permet de multiples usages. Que ce soit pour aller travailler, pour partir en vacances ou rendre visite à des proches, les utilisateurs ont à leur disposition le TER (Train express régional), le TGV (Train à grande vitesse) ou les lignes internationales.
 

Grâce au train et aux actions menées en faveur de l’intermodalité (le passage d’un mode de transport à un autre), vous pouvez vous rendre dans la ville voisine, à l’autre bout de la France ou dans nombre de destinations étrangères.

Les atouts du train pour vos déplacements

Se déplacer en train présente de nombreux avantages :

  • Un moyen de transport accessible à tous :

-Quel que soit l’âge du passager,

-La liberté de ne pas avoir besoin de permis de conduire,

-Le développement de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (en 2007, par exemple, l’arrivée du TGV Est européen a contribué à la mise aux normes d’accessibilité pour 20 gares de l’Est de la France)

-La possibilité de pouvoir voyager en groupe

 

  • L’aspect sécuritaire et confortable de ne pas avoir à prendre votre voiture (moins de fatigue, de stress, mais aussi moins de risques d’accidents)

 

  • La durée du voyage, connue à l’avance et qui est souvent nettement inférieure à celle d’un trajet effectué en voiture par exemple (vous n’êtes pas confrontés au risque de supporter un quelconque embouteillage)

 

  • Les services : la possibilité, selon les trajets, de pouvoir dormir dans le train, et/ou se restaurer, de faire voyager un enfant seul avec un accompagnateur…

 

  • La SNCF propose pléthore de cartes de réductions et abonnements pour dynamiser son offre (selon la fréquence des déplacements, la taille de la famille, l’âge des voyageurs).

Savoir panacher les modes de locomotion selon les activités et surtout, de façon générale, tenter de minimiser les déplacements en voiture quand cela n’est pas nécessaire participe à la diminution de l’impact sur notre environnement et permet de réduire les émissions de CO2.

Bon à savoir : entre Marseille et Paris, le passager d’un TGV émet 5 kg de CO2, celui d’un avion 75 kg de CO2 (source Ademe).

Les handicaps du transport ferroviaire

  • Le train ne va pas« partout » ; en effet, sur les 30 000 Km de lignes ferroviaires existantes en France, seul un tiers du réseau est utilisé régulièrement pour le transport des voyageurs.

 

  • Bien souvent, il convient de faire appel à un mode de transport complémentaire pour se rendre sur le lieu de destination finale souhaité (bus, car, voiture/taxi, etc.).

 

  • Le monopole de la SNCF : même si juridiquement l’ouverture à la concurrence pour l’exploitation du réseau (grandes lignes internationales) est entrée en vigueur au 1er janvier 2010, la SNCF conserve encore aujourd’hui sa situation de monopole de fait pour le transport des voyageurs (à ce jour, aucune firme n’a véritablement engagé de négociations pour utiliser les sillons proposés).

 

  • Les tarifs : même si la SCNF a développé sa politique commerciale, en proposant à la vente de nombreuses cartes de réductions, permettant aux détenteurs de ces cartes ou abonnements de bénéficier de tarifs préférentiels, ces tarifs sont toujours considérés par beaucoup comme très élevés. Le train ne peut donc pas être un « moyen de transport pour tous »

Le ferroviaire et les économies d’énergie

  • La mise en œuvre de politiques de développement durable pour les acteurs du ferroviaire en France

Qu’il s’agisse des constructeurs, du propriétaire et gestionnaire du réseau ferroviaire national (Réseau ferré de France) ou de l’exploitant des lignes (SNCF), tous les grands acteurs de l’industrie ferroviaire placent le développement durable au cœur de leurs actions.

Comme les sources d’énergies renouvelables peuvent être une alternative aux énergies fossiles – bien qu’elles ne puissent les remplacer totalement-, plusieurs expérimentations pionnières voient le jour en matière d’économies d’énergie

  • Des actions concrètes en faveur des économies d’énergie

La SNCF

Selon les informations fournies par la SNCF, le train est un moyen de transport sobre en carbone puisqu’il représente 0,63% des émissions de CO2 du secteur des transports.

La SNCF applique une politique éco-responsable et met en œuvre des actions « vertes », lesquelles consistent à :

-Miser sur l’efficacité énergétique avant tout, avec un investissement de 10 millions d’euros pour remotoriser le parc de locomotives et 10 % d’économies d’énergie à la clé.

-Renouveler le parc automobile de la SNCF qui passe au gaz au rythme de 300 véhicules par an. La flotte de 1 200 véhicules émet depuis 2011 un quart de CO2 en moins que la version essence.

-Former les conducteurs à la conduite économique des trains sur simulateur afin de réduire de 5 % supplémentaires la consommation d’énergie.

-Réduire les émissions de gaz à effet de serre avec, par exemple, l’Automotrice à Grande Capacité inaugurée en Ile-de-France qui est hybride (diesel et électrique) et dont le moteur dernière génération consomme 25 à 30 % d’énergie en moins que ses aïeux.

-Se mobiliser pour l’éco-durabilité en intégrant des panneaux photovoltaïques pour une alimentation autonome ou encore des détecteurs de présence pour un éclairage utile. En cinq ans, il est prévu de créer entre 400 et 600 haltes éco-durables. Exemple : en Midi-Pyrénées, le premier TER photovoltaïque récupère la puissance de la lumière et transforme cette dernière en éclairage et en ventilation intérieures.

-Réfléchir à des solutions pour rendre les grandes gares moins énergivores : en effet, difficiles à chauffer et souvent exposées aux courants d’air, elles requièrent beaucoup d’énergie.

 

La première gare bioclimatique de France a été conçue par la filiale d’architecture AREP. Le système permet de générer de la chaleur en hiver (l’air est réchauffé par le sol et des panneaux solaires captent l’énergie fournie par le soleil), tout en assurant fraîcheur et confort en été, grâce à un système ingénieux de circulation de l’air. (Sources SNCF)

 

Bon à savoir :Astucieux, l’éco-comparateur créé par la SNCF, qui permet en quelques clics aux internautes de mesurer l’impact écologique des transports, et permet de définir si le train est un mode de transport au service des économies d’énergie. Cliquez sur le lien suivant

 

Réseau Ferré de France

Propriétaire et gestionnaire du réseau ferroviaire en France, RFF délègue ses travaux à des entreprises mandataires, lesquelles doivent répondre à des exigences strictes en matière de développement durable.

 

Exemples de réalisations en faveur des économies d’énergie :

-Le toit d’un bâtiment de commande centralisée à Dijon sera prochainement équipé de panneaux solaires photovoltaïques, ce qui permettra de récupérer une production annuelle de 35 000 kWh (source RFF).

-Le bilan carbone, premier du genre pour un projet ferroviaire, a été réalisé pour l’ensemble du projet de la LGV (ligne à grande vitesse) Rhin-Rhône Est.

 

Alstom

Le constructeur Alstom s’est engagé à intégrer les paramètres environnementaux dans la conception de ses produits, de la fabrication au recyclage. L’utilisation de matériaux en composite pour la fabrication à proprement parler permet de réduire de 10% la consommation d’énergie d’un train.

Cette volonté se traduit notamment par :

-La réduction des bruits,

-L’utilisation de matériaux propres et renouvelables,

-Le recyclage,

-L’utilisation d’assemblages peu gourmands en consommables

-La réduction de la consommation d’énergie.

 

Bon à savoir : Selon le constructeur, un TGV a une durée de vie de plus de 30 ans, et consomme 4 à 6 fois moins d’énergie qu’une voiture, et un tramway produit 12 fois moins de CO2.

Conclusion

Selon l’Ademe, le train serait le moyen de transport le moins énergivore et le moins polluant pour de longues distances, mais pas forcément le moins cher.