L'avion

Que ce soit pour un motif professionnel ou à titre personnel pour un séjour touristique, pour rendre visite à vos proches ou à vos amis, l'avion reste le moyen de transport privilégié pour tout déplacement « longue distance ».
 

Pour quel usage ?

A titre d’information, rappelons quels sont les nombreux facteurs qui expliquent la croissance du transport aérien :

  • La mondialisation de l’économie

 

  • Le développement des offres touristiques à des tarifs attractifs

 

  • La mobilité : une valeur nouvelle qui traduit l’évolution des modes de vie

 

  • La baisse des tarifs aériens, justifiée par une concurrence accrue et l’apparition des « low-cost ».

Les statistiques révèlent qu’un Français sur 4 prend l’avion au moins une fois par an.

Les atouts à choisir l’avion pour vos déplacements

  • Le mode de transport le plus rapide pour les longues distances à parcourir

 

  • Le moyen de locomotion le plus sûr

S’il est vrai que les accidents d'avion sont généralement spectaculaires, en proportion ils tuent moins que tous les autres moyens de transport. Contre toute attente, l'avion demeure de très loin le moyen de transport le plus sûr.

De tous les modes de locomotion, la voiture s’avère être le plus dangereux. En effet, les risques de mourir d'un accident sont 30 fois supérieurs à ceux suscités par un trajet en bus, 45 fois à ceux du train et 90 fois à ceux de l'avion ! La communauté aéronautique mondiale avec l’OACI (Organisation de l'Aviation Civile Internationale) s’investit en permanence dans la recherche de solutions visant à détecter les facteurs de risque et à y remédier. Aujourd’hui, les accidents restent considérés comme rares et les causes sont multiples, si l’on établit une comparaison avec les autres modes de transport que nous pouvons utiliser.

 

  • La baisse des tarifs des billets d’avion

Même si l’on considère qu’un trajet effectué en avion représente un coût relativement élevé en comparaison aux autres moyens de transport collectif, force est de constater que les compagnies aériennes ont sensiblement baissé leurs tarifs.

La conjoncture économique (et donc le pouvoir d’achat), mais surtout l’arrivée massive et permanente de nouveaux transporteurs à bas coûts (« low-cost »), oblige les compagnies à proposer des offres commerciales intéressantes aux consommateurs pour conserver leur place sur un marché extrêmement concurrentiel.

Les inconvénients du transport aérien

  • Les nombreuses étapes liées à la sûreté et à la sécurité dans l’aéroport

En proportion, le temps nécessaire à consacrer à l’enregistrement des bagages et au contrôle des passagers est souvent jugé comme long et astreignant par les voyageurs.

Pour un trajet effectué sur le territoire national, on vous invitera à vous présenter à l’enregistrement généralement une heure avant le décollage, et pour un trajet long-courrier il vous faudra compter au moins 2 heures avant de décoller.

En outre, le protocole de sûreté mis en place, bien que rassurant, est contraignant (mesures de restriction sur les liquides, les dimensions des bagages cabine…).

 

  • L’appréhension dont sont victimes beaucoup de personnes

Stress et angoisse de prendre l’avion gagnent nombre de passagers. Ces peurs sont bien souvent liées à l’ignorance que l’on a des appareils et de leur fiabilité.

 

  • Le moyen de transport le plus polluant : une catastrophe pour notre planète !

-Emissions massives de CO2

De toute évidence, l’avion est le mode de transport le plus générateur de gaz à effet de serre, ce qui s’avère être très problématique pour la protection de notre environnement. Les prévisions annoncent que la flotte aérienne doublera dans les années à venir, ce que déplorent les écologistes !

A titre d’exemples concrets, sachez qu’un aller-retour Paris-Los-Angeles en avion représente 3 années d’émission de gaz à effet de serre pour l’utilisation d’une voiture en France (source ecolostreet.com) et qu’un vol transatlantique équivaut quasiment à la consommation annuelle d'un logement chauffé au gaz!

Selon l’Ifen (Institut français de l’environnement), les vols les plus polluants sont les plus courts.

-Pollution et qualité de vie

La pollution est d’ordre atmosphérique, mais aussi d’ordre sonore et visuel ; toutes ces nuisances sont préjudiciables pour la qualité de vie des riverains vivant à proximité immédiate des aéroports.

-Un avenir inquiétant ?

Si aujourd’hui le transport aérien ne représente « que » 2,5% des émissions mondiales de CO2, il apparaitrait qu’à l’horizon 2040, s’il conserve son rythme de développement actuel, l’impact sur l’environnement sera catastrophique, au même titre que l’ensemble des transports terrestres.

Le transport aérien et les enjeux environnementaux

  • La responsabilité environnementale des compagnies aériennes

Les compagnies sont désormais obligées de se positionner sur le créneau de l’environnement, et pour réduire les émissions en CO2 la Recherche reste la seule solution trouvée. En effet, les grands acteurs de l’aéronautique s’efforcent de tendre vers une industrie plus « verte », en allégeant la structure des avions, en recherchant un meilleur aérodynamisme, notamment en proposant des carburants renouvelables et surtout moins polluants : l’électricité ou le biocarburant.

 

  • Vers une industrie éco-responsable

De même, pour la fabrication à proprement parler des appareils, l’industrie aéronautique se doit de trouver des solutions vertes afin de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Pour Louis Gallois, président exécutif d’EADS, l’intégration de politiques de développement durable au sein de l’industrie aéronautique sonne comme une évidence :

« Pour nos opérations industrielles et de production, nous visons d'ici 2020 une réduction d'au moins 30% de consommation d'énergie et de 50% des émissions de CO2. » Autrement dit, c'est toute la chaîne de construction des avions qui devraient être modifiée, ou tout du moins améliorée. (Source www.zdnet.fr/actualites)

Conclusion

Soyons conscients toutefois qu’il n’est pas envisageable pour l’heure de se passer du transport aérien pour les très longs trajets.

Compagnies aériennes et chercheurs travaillent de concert et mettent en œuvre leurs compétences et savoir-faire pour trouver des solutions permettant de réduire l’impact environnemental.

Vers l'avenir...

Les mesures imposées dans le Grenelle II pour le transport aérien :

  • Développement du ferroviaire par des LGV (ligne à grande vitesse) entre les aéroports.
  • Lutte contre les nuisances aériennes.
  • Mise en place du ciel unique européen (gestion collective de l'espace aérien).
  • Recherches aéronautiques pour diminuer les émissions et les consommations.
  • Inclusion des émissions du secteur dans le système de marché des quotas (au-delà desquels la compagnie aérienne devra débloquer des fonds pour obtenir des crédits d’émissions).

Bon à savoir :

 calculez les émissions de CO2 du parcours réalisé en avion